Aubeterre sur Dronne

 Aubeterre sur Dronne              avril 2016

Aux confins de la Charente et du Périgord, Aubeterre, qui a vu naître Ludovic Trarieux, fondateur de la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen, accroche ses toitures enchevêtrées et son château à une falaise verdoyante sur les bords de la Dronne.
Un charme fou  malgré la bruine, un petit air méridional, des églises, d’anciens couvents, des ruelles en pente, des artisans d’art… Aubeterre est classé parmi les plus beaux villages de France.
Nous visitons l’église « monolithe », dédiée à St Jean, la plus vaste d’Europe.
Notre guide nous fait partager la ferveur chrétienne du Moyen-Age : la vocation première de cette église fut d’abriter des reliques conservées dans une succession de fosses et dans un reliquaire dont la forme s’inspire de celle du Saint sépulcre découvert à Jérusalem lors de la première Croisade.
L’église est qualifiée de monolithe car réalisée d’un seul bloc dans la paroi calcaire.
Ses dimensions impressionnantes s’ajoutent au mystère des tombes et montrent le « sacré » du lieu.
Depuis le 3 septembre 1912, elle est classée au titre des monuments historiques.
Au XIIème siècle, Pierre de Castillon, vicomte d’Aubeterre, fait agrandir cette église lors de son retour de Croisade, en même temps que celle de St Emilion pour y installer les reliques.

Bien repus après un copieux déjeuner, nous reprenons notre virée, direction le château de Chalais.
Il s’élève sur un éperon rocheux entre la Tude et la Viveronne, d’où il domine la ville. L’entrée se fait par une double porte piétonne et cochère qui a gardé son pont-levis en état de fonctionnement.
Les bâtiments forment un quadrilatère avec une aile Nord rebâtie en 1880, façade du XVIème siècle, une grosse tour carrée dont les toitures ont été mansardées au XVIIème . La noble bâtisse domine la vallée de la Tude depuis le XIème siècle, prise par les Anglais durant la Guerre de Cent Ans, démantelée par Charles V en 1453, elle a connu de nombreuses péripéties.
Propriété des Talleyrand-Périgord, le dernier prince de Chalais lègue son château à la ville pour y créer un hospice.
Le château restera ouvert au public.
En 2011, Yves Lecoq en est devenu propriétaire en rachetant ce vaisseau en péril.
« On ne pouvait rêver de meilleur acquéreur » a commenté le Président de l’Association de Sauvegarde du Patrimoine.
La visite commentée est entièrement assurée par des bénévoles. Notre guide, intarissable, bien documenté et plein d’humour nous a fait faire le tour des pièces occupées et remeublées. Ses commentaires, bien tournés, ont contribué à notre ravissement et comblé notre curiosité.

Nous sommes rentrés totalement conquis et ravis par cette nouvelle escapade en Charente.

Merci Michèle Artigue pour l’organisation de cette journée et Joce Fraix Burnet pour ce récit.