Soulac

Les bunkers du mur de l’atlantique à Soulac                              7 Octobre 2016

 
Petit matin frileux  pour les 30 adhérents présents à la forteresse des Arros à Soulac où Jean-Paul Lescorce (79ans, bon pied bon oeil) nous accueille pour la visite des bunkers torche en main.

 Le mur de l’atlantique long de 5000 kilomètres commençait au nord de la Norvège et descendait jusqu’au pays basque espagnol. Il était composé de 12000 bunkers dont 250 sur la pointe du Médoc. Cette forteresse  a permis aux Allemands de résister jusqu’en 1945 (bunkers, casemates, canons de 19km de portée ).
Le site n’est pas classé aux monuments historiques car il n’est plus équipé de canons, cependant c’est le plus grand en superficie.
Mr Lescorce nous explique l’Histoire avec une majuscule. Pour lui c’est un double devoir de mémoire envers son père et les hommes tombés pour libérer en avril 1945 une des dernières poches de résistance nazie.
Il a déblayé 20 bunkers sur 10 hectares  et nous indique toutes les références de l’armement principal et leur utilisation.
Nous découvrons la construction des bunkers, leur complexité ainsi que leur  technologie avancée : abri de commandement – abri pour un et 2 groupes de combat – dépôt de munitions –poste de direction de tir –poste de secours– réservoir à eau d’une capacité de 2 fois 5000 litres.  (béton armé, porte blindée de 180kg à 800kg, électricité, téléphone, hygiaphone, système de ventilation, extraction de fumée, sas anti-gaz, douche de décontamination, peinture fluorescente pour se repérer en cas de black-out,  infirmerie,  la chapelle,  le cinéma (120 places) le rôle de chaque soldat….
Il côtoyait ces mêmes soldats se retrouvant à  l’hôtel voisin fondé par sa grand-mère, réquisitionné comme l’étaient les maisons d’estivants, et le  Nid bleu, le lupanar local.

Certains bunkers serviront en 1952 aux Américains pour stocker du napalm. (pictogramme encore existant).

Monsieur Lescorce Jean-Paul autodidacte, personnage haut en couleur nous a ouvert une page d’Histoire . Nous aurons un autre regard sur ces  bâtiments de béton qui ont envahi notre littoral.  

Il anime l’Association Historique de la Poche du Nord Médoc, AHPNM .
Si vous désirez faire une visite surprenante et très intéressante, vous pouvez les contacter au 05 56 09 91 59.


Il évoque aussi pour nous un personnage important pour la ville de Soulac, Georges Mandel, qui en fut le maire de 1919 à 1940. 
On lui doit entre autres l’édification des  » piscines » qui protègent le littoral de la pointe du médoc de l’érosion.

12h45 Déjà ! Nous partons à la Maison des Graves au Verdon nichée entre ciel et mer après avoir pris un long chemin forestier pour déjeuner dans une ambiance conviviale. Quelques pas dans cet environnement paisible  et nous avons une belle vue entre les arbres sur le phare de Cordouan .

15h30 Blaignan village de 200 habitants au milieu des vignes un bâtiment « tu croc Noisettines du Médoc tu crac » fabrication artisanale. Dégustation offerte par la famille Noyez et son histoire nous est contée au fil de nombreuses scénettes d’ automates faits à la main.

Il est maintenant l’heure de se dire au-revoir…… mais  à bientôt  dans le Médoc.

Organisation Huguette Goubin et Nicole Simet.

Photos Alain Caminade, récit Annie Charlier.